Connaître les bases des commandes d’un hélicoptère

Connaître les bases des commandes d’un hélicoptère

Les hélicoptères nous ont toujours fasciné depuis tout petit. Ce sont de pure bijoux de technologie et de mécanique. Son pilotage est souvent perçu comme étant inaccessible et difficile à comprendre. Vous rêvez de prendre les commandes d’un hélicoptère et de vous envoler ? En dépit des nombreux programmes existant, il faudra bien commencer quelque part. Dans cet article, découvrez les bases des commandes d’un hélicoptère.

A voir aussi : Vacances d’hiver : où partir en Europe ?

Comment fonctionne un hélicoptère ?

Lorsqu’on s’asseoir au poste de pilotage d’un hélicoptère, on remarque facilement le tableau de bord. Il est composé d’un cadran, d’instruments de mesure, d’interrupteurs et de boutons divers. Ensuite, on remarque le palonnier et les manches « cyclique » et « collectif ». Pour piloter un hélicoptère, vous serez appelé à utiliser à la fois les deux mains et les deux pieds afin de contrôler les 4 systèmes principaux de commande à savoir : le collectif, la commande de gaz, le cyclique et le palonnier.

Qu’est-ce que le collectif ?

C’est un levier situé à gauche du pilote de l’hélicoptère. Il se manœuvre de haut en bas et est évidemment contrôlé par la main gauche de ce dernier. Dans l’optique de fait monter l’hélicoptère, le pilote doit lever le collectif. Par contre, pour effectuer un mouvement inverse, il doit le baisser. Lors d’un vol stationnaire, c’est le collectif qui permet de contrôler la trajectoire verticale de l’hélicoptère. Aussi, l’angle de toutes les pales dépend de la position du collectif. En effet, c’est ce qui modifie la portance générée par le rotor. Pour information, la portance est une action dynamique crée par la vitesse des pales. C’est ce qui permet de soulever l’hélicoptère.

A voir aussi : Quelques vacances aventureuses à apprécier avec vos adolescents

Qu’est-ce que la commande de gaz ?

La commande de gaz d’un hélicoptère est le mécanisme qui permet de faire varier la puissance du moteur. Dans la plupart des appareils, il est situé sur le collectif. Pour l’employer, il faut le faire tourner. La commande de gaz serait beaucoup plus facile à utiliser par les personnes qui sont familières avec la conduite d’une moto. Cette facilité et cette aisance sont dues au fait qu’elle se manœuvre de la même façon. Lorsque le pilote veut faire monter l’hélicoptère, il doit lever le collectif et en même temps la poignée de contrôle de gaz. C’est ce qui permettra de donner à l’appareil la puissance nécessaire pour décoller. Par ailleurs, aujourd’hui, la plupart des hélicoptères disposent d’un gouverneur dont la fonction est d’ajuster la puissance de façon automatique.

Qu’est-ce que le cyclique ?

C’est un système de commande généralement situé entre les jambes du pilote. Il le saisit par la main droite. Bien qu’il est sensible à une manette utilisée pour les jeux vidéo, il est très sensible et doit être contrôlé avec une grande précision. Le cyclique permet au pilote de faire avancer ou reculer l’hélicoptère. Pour aller de l’avant, le pilote doit avancer la manche. Par contre, pour reculer, le pilote doit ramener le cyclique vers lui. Aussi, pour tourner à droite ou à gauche, le pilote doit bouger le cyclique dans le sens où il souhaite aller. Il est important de notifier que le cyclique ne contrôle pas la direction vers laquelle le devant de l’hélicoptère pointe. Mais il faire pivoter vers l’avant, l’arrière, la droite ou la gauche.

Qu’est-ce que le palonnier ?

Sous forme de pédale, il est situé au niveau des pieds du pilote. C’est lui qui permet de contrôler la direction vers laquelle l’hélicoptère évolue. Et cela, par l’entremise des deux pédales. Lorsque le pilote appuie lentement sur la pédale de droite, il fera pivoter le nez de l’appareil vers la droite. Pour faire pivoter le nez vers la droite, il suffira aussi d’appuyer légèrement sur la pédale de gauche. C’est le palonnier qui permet de contrôler le rotor de queue de l’hélicoptère en modifiant son angle d’attaque. Un hélicoptère dépourvu de rotor de queue, il ne fera que pivoter sur lui-même dans le sens contraire du rotor principal.

Par où commencer ?

Pour voir réellement ce que cette leçon de base donne en pratique, il va falloir comme on le dit si bien « mettre la main à la pâte » en commençant par un vol de découverte. Un baptême de l’air ou un premier vol en hélicoptère est la première étape à passer pour les néophytes. Au cours de cette expérience, vous aurez le loisir d’apprendre de vive voix les bases des commandes et les paramètres basiques à retenir. Des pilotes professionnels vous briefent avant le départ sur le déroulement du vol. Une fois à bord, vous serez munis de casque-micro pour communiquer avec le pilote, observer et poser toutes les questions qui vous titillent. Qui sait, c’est peut-être le prémice d’une longue passion pour les hélicos pour vous ? Vous enchaînerez donc par un stage de pilotage en hélicoptère où vous prendrez enfin les commandes.

De nombreuses offres de baptêmes de l’air en hélicoptère sont proposées sur des sites web comme Adrenactive. Celui-ci vous permet de réserver des vols au départ de Paris, du lac d’Annecy ou des Alpes, de la Savoie ou de la Bretagne dès 100 € les 10 minutes. Le tarif dépendra de la ville de départ et de la durée du baptême de l’ait sachant que vous pouvez effectuer un survol des plus beaux sites français dans ces régions jusqu’à pendant une heure. L’initiation au pilotage est proposée en complément du vol ainsi que des stages de pilotage.