blog actif
Quelle est la meilleure forme de garde en cas de divorce ? Quelle est la meilleure forme de garde en cas de divorce ?
garde partagée est devenuel’une des questions qui suscitent davantage de consultations et de doutes La dans le domaine du droit de la famille, quelque... Quelle est la meilleure forme de garde en cas de divorce ?

garde partagée est devenuel’une des questions qui suscitent davantage de consultations et de doutes La dans le domaine du droit de la famille, quelque chose de compréhensible étant donné que la jurisprudence relative à cette façon d’exercer la garde et la garde continue de croître.

Lire également : Comment savoir si une fille ne t'aime pas ?

outre, l’ Espagne a connu des changements importants dans la garde au cours des dernières décennies : d’un système dans lequel la garde monoparentale était la règle générale (presque toujours en faveur de la mère), nous trouvons un nouveau scénario, où la garde partagée doit être, selon notre Cour suprême , l’option applicable « par défaut » En .

Cependant, la réalité nous montre que la garde des parents monoparentaux est encore plus répandue sur le plan statistique , bien que cette tendance change peu à peu.

A lire en complément : Est-ce que le temps partiel thérapeutique compte pour la retraite ?

À quoi ce fait répond-il ? Les lectures peuvent être nombreuses, mais ce qui semble clair c’est qu’ il existe encore un moyen de normaliser la garde partagée .

Par conséquent, avec ce guide sur la garde partagée, nous avons l’intention de faire la lumière et de résumer la situation de cette formule en Espagne. Il résume également les critères utilisés par les juges pour l’accorder , ainsi que de mettre en lumière certains cas intéressants et de répondre aux doutes spécifiques qui surgissent souvent au cours de ces procédures.

Nous sommes basés sur notre propre expérience, et aussi sur lequel d’innombrables jugements rendus chaque jour dans notre pays, qui clarifient progressivement les conditions dans lesquelles un type de détention ou un autre doit être accordé.

Index

  1. Qu’ est-ce que la garde ? Différences avec l’autorité parentale
  2. Qu’ est-ce que la garde partagée et quels en sont les types ?
  3. De la garde parentale monoparentale à la garde partagée
  4. Comment la garde partagée se matérialise-t-elle dans le cas séparation ou divorce ? L’accord réglementaire
  5. Quels critères les juges suivent-ils pour accorder la garde partagée ?
  6. Quels sont les avantages de la garde partagée ?
  7. Questions fréquentes sur la garde partagée

Qu’ est-ce que la garde ? Différences avec l’autorité parentale

La première chose est de distinguer deux concepts souvent confus mais qui n’ont pas le même sens, même s’ils sont liés : la tutelle et la garde, d’une part, et l’autorité parentale, d’autre part.

garde et la garde désignent l’établissement avec lequel l’enfant vivra normalement en cas de séparation ou de divorce. Elle peut être exercée par les deux parents ou par un parent célibataire, qui aura en fait le droit de rendre visite à l’enfant. Un droit qui, plutôt que d’appartenir à ce parent, appartient à l’enfant, qui doit avoir la possibilité de se rapporter à la fois La parents, à condition que cela soit conseillé pour leur développement.

L’ autorité parentale se réfère à un droit des parents de l’enfant, lié à la représentation et à la prise en charge des enfants  : nourriture, vêtements, abri, éducation, santé… L’autorité parentale est normalement attribuée aux parents du mineur non émancipé et peut être prolongée au-delà de l’âge de la majorité. Ce n’est que dans des cas extrêmes qu’un parent (ou les deux) peut perdre l’autorité parentale de ses enfants.

convient de garder à l’esprit que l’exercice de l’autorité parentale implique un certain nombre de devoirs spécifiques consacrés par la loi. Elle doit toujours être exercée au profit des enfants Il et impose aux parents, entre autres devoirs, l’obligation d’être avec eux, de s’occuper d’eux, de les protéger, de les nourrir, de les éduquer, de leur dispenser une formation complète, de les représenter légalement et d’administrer leurs biens.

En outre, les parents peuvent être déchus de l’autorité parentale lorsqu’ils ne remplissent pas les obligations qui en découlent , toujours par décision de justice. Les parents peuvent également être privés ou suspendus de l’exercice de l’autorité parentale lorsque leur comportement met en danger la formation de mineurs ou d’incapables ou lorsqu’ils sont traités avec une dureté excessive, ce qui implique non seulement des châtiments corporels sévères, mais aussi toutes sortes d’actes impliquant la cruauté ou l’abus d’autorité.

En revanche, les parents peuvent être renvoyés à l’autorité parentale s’ils prouvent que les circonstances qui ont conduit à leur privation n’existent plus. En tout état de cause, il faut savoir que le critère de la jurisprudence relative à la suspension ou à la privation de l’autorité parentale est restrictif , affirmant qu’une mesure aussi grave doit être prise à titre de précaution et toujours avec des cas clairs et sérieux de non-respect de ses obligations inhérentes.

Qu’ est-ce que la garde partagée et quels en sont les types ?

Une fois que le concept de garde et de garde a été clarifié et avant d’aborder les différences entre la garde monoparentale et la garde partagée, nous devons souligner que, lorsque nous parlons de garde et de garde, l’ objectif principal est toujours et en tout état de cause de protéger l’intérêt supérieur de l’enfant .

Ce concept s’articule autour de la recherche de la solution idéale pour le cas, de sorte que, bien que la garde partagée soit maintenant la formule qui doit être appliquée en priorité, cela n’exclut nullement la garde parentale lorsque les circonstances l’exigent .

Au-delà de cela, dans un climat de coexistence normale avec les deux parents, quelle devrait être la solution préférée par les juges ? Est-il préférable que l’enfant reste en même temps avec ses deux parents ou devrait-il être choisi pour lui donner une plus grande stabilité dans un foyer unique ?

Les deux formules les plus la garde et la garde communes sont la garde partagée et la garde des parents monoparentaux .

garde ou la garde exclusive des parents célibataires consiste à accorder la garde et la garde (soins de l’enfant, y compris son éducation, son bien-être et sa coexistence habituelle) à un seul parent, qui sera le parent gardien. Pour l’autre partie, un droit de visite est généré, qui sera plus ou moins selon les circonstances de chaque cas. Traditionnellement, la garde monoparentale a été choisie en Espagne en faveur de la mère, bien que la situation ait radicalement changé depuis 2011 La .

L’ autre côté de la médaille (et la tendance actuelle dans toute l’Espagne) est la garde partagée, qui consiste à partager plus ou moins équitablement l’exercice de la garde et de la garde entre les deux parents. Aujourd’hui, la doctrine de la Cour suprême – qui relie les juges à travers l’Espagne – conduit à l’accordent en tant que formule générale , à condition que cela ne soit pas contraire à l’intérêt de l’enfant en tant que pierre angulaire de toute procédure de garde.

D’ autre part, il existe différentes façons d’exercer la garde partagée (et, en réalité, il peut y avoir autant de cas de séparation ou de divorce, car chaque cas doit générer une solution particulière et adaptée).

Normalement, le juge optera pour l’une des façons suivantes :

  • garde partagée dans le même foyer La , de sorte que les parents s’y déplacent et que le mineur reste toujours dans le foyer familial.
  • Garde partagée dans différents foyers , l’enfant se déplaçant d’un à l’autre à chaque période.
  • Coexistence de la garde partagée , lorsque les deux parents vivent sous le même toit.

Aussi, que la garde est partagée ne veut pas disent que les deux parties correspondent au même temps que la garde et la garde sont exercées . Parfois, dans certaines circonstances, l’enfant peut passer plus de temps avec un parent qu’avec un autre, sans que nous cessons de déménager dans le domaine de la garde partagée.

Enfin, il y a deux autres possibilités, clairement minoritaires. D’une part, nous trouvons la garde initiale ou distributive, qui consiste en le fait que, lorsqu’il y a plus d’un enfant, il y a une « division » entre les parents , chacun ayant la garde et la garde de l’enfant approprié. Gardez à l’esprit que normalement le juge choisit de ne pas séparer les frères et sœurs, mais dans tous les cas, c’est une voie existante et souhaitable dans certains cas (rappelons que la souplesse est essentielle dans les affaires de garde).

Le dernier type est la garde et la garde attribuées à un tiers  : cela se produit lorsqu’aucun des les parents peuvent avoir accès à la garde de leurs enfants. Par exemple, en cas de décès ou d’invalidité.

De la garde parentale monoparentale à la garde partagée

Comme nous l’avions prévu dans l’introduction de cet article, au cours des dernières décennies, nous avons connu d’importants changements réglementaires et jurisprudentiels en matière de garde en Espagne .

Ainsi, avant la réforme de la loi 15/ 2005 du 8 juillet, la règle régissant la garde et la garde en Espagne était la loi 30/1981, du 7 juillet, modifiant la réglementation du mariage dans le Code civil et définissant la procédure à suivre en cas de nullité, de séparation et de divorce.

Le modèle établi par la règle de 1981 était la garde monoparentale , bien que cela ne signifiait pas une interdiction de la garde partagée. Bien sûr, son application était très résiduelle. Il est important de noter que le libellé de la l’article 92 du Code civil tel qu’il était à l’époque n’excluait pas la possibilité d’appliquer un tel régime.

Avec ce point de départ, il s’agit d’une décision de la Cour suprême qui marque un tournant important qui conduira plus tard à des changements législatifs. Il s’agit d’un arrêt du 7 juillet 2011, dans lequel la garde partagée a été établie comme une solution optimale générale, toujours préférable à l’octroi exclusif à l’un des conjoints . Tout cela, nous insistons, à condition qu’une telle décision soit dans l’intérêt de l’enfant, c’est l’objectif principal auquel les juges doivent s’occuper lorsqu’ils rencontrent une telle affaire. À cet égard, le Suprême a assuré que :

Ce qui est important de garantir ou de protéger par cette procédure, c’est l’intérêt du mineur qui, bien qu’il soit vrai qu’il a le droit de se rapporter à ses deux parents, cela se produira à condition que ses droits ne soient pas violés. fondamentale à l’intégrité physique et psychologique, à la liberté, à l’éducation, à la vie privée… D’où toutes les exigences établies à l’article 92 CC doivent être interprétées à cette seule fin. Par conséquent, les relations entre conjoints seuls ne sont pas pertinentes ou non pertinentes pour déterminer la garde et la garde partagées. Ils ne deviennent pertinents que lorsqu’ils affectent, négativement, l’intérêt de l’enfant.

La Cour a clairement indiqué que la garde partagée devait être considérée comme la plus appropriée par rapport au règlement juridique établi par l’article 92 du Code civil. Il a même fait valoir que ce régime est le plus souhaitable car il permet la réalisation du droit que les enfants ont de rapporter aux deux parents , même dans des situations de crise, chaque fois que possible.

Dans un arrêt du 30 octobre 2014, la Chambre civile a déclaré ce qui suit :

Garde partagée comme prémisse est la nécessité pour les parents d’avoir une relation de respect mutuel qui permette l’adoption d’attitudes et de comportements qui profitent à l’enfant, qui ne perturbent pas son développement émotionnel et que, malgré la rupture affective de leurs parents, elle demeure dans un cadre familial qui soutient une croissance harmonieuse de votre personnalité.

Comment la garde partagée se matérialise-t-elle en cas de séparation ou de divorce ? L’accord réglementaire

De toute évidence, lorsque nous sommes confrontés à un divorce ou à une séparation, il devient nécessaire d’adopter une série de mesures pour déterminer comment la vie du couple se développera lorsqu’elle cessera d’être, y compris, bien sûr , les enfants et l’exercice de leur garde et de leur garde.

Ces mesures sont reflétées dans un document appelé convention réglementaire , dont la réglementation figure dans le Code civil. L’accord réglementaire en cas de garde partagée contiendra nécessairement un certain nombre d’aspects concernant l’exercice de la garde et de la garde par les deux parents.

Mais quel est exactement l’accord réglementaire ?

Il s’agit d’un document contenant les accords conclus par les deux parties du couple en ce qui concerne les aspects patrimoniaux et personnels du mariage. Il s’agit de réglementer la rupture et d’en établir les conditions, tant pour « liquider » le mariage que pour les obligations qui lui survivront, comme l’exercice de la garde et de la garde ou l’établissement d’une pension en faveur de l’une des parties.

Ce document fonctionne lorsqu’il y a accord entre les parties, c’est-à-dire lorsque nous traitons un divorce ou une séparation d’un commun accord. Dans la mesure du possible, il est préférable d’opter pour une procédure amiable : sinon la décision finale restera entre les mains du juge , nous perdrons le contrôle de la décision finale.

Au niveau normatif, les caractéristiques de l’accord réglementaire sont reflétées dans le Code civil espagnol, y compris son contenu minimum, qui est reflété dans l’actuel article 90 du Code civil , tel que modifié en 2015 par la loi sur la compétence volontaire.

1. La convention réglementaire visée aux articles 81, 82, 83, 86 et 87 contient, au moins et le cas échéant, les points suivants :

a) La prise en charge des enfants soumis à leur autorité parentale, l’exercice de leur autorité parentale et, le cas échéant, le régime de communication et de séjour des enfants avec le parent qui ne vit pas habituellement avec eux.

b) Si nécessaire, le régime de visites et de communication des petits-enfants avec leurs grands-parents, toujours en tenant compte de l’intérêt des petits-enfants.

c) L’attribution de l’utilisation du logement et de la famille trousseau.

d) Contribution les charges du mariage et de l’entretien, ainsi que leur mise à jour des bases et des garanties, le cas échéant.

e) La liquidation, le cas échéant, du régime économique du mariage.

f) La pension qui, conformément à l’article 97, doit être versée, le cas échéant, à l’un des conjoints.

Il convient de noter qu’ il y a eu une tentative de modifier le contenu minimal de l’accord réglementaire figurant à l’article 90 du Code civil de l’État (CC). En 2013, l’avant-projet de loi sur l’exercice de la coresponsabilité parentale a été publié, qui proposait la modification de cet article important du Code pénal afin d’étendre le contenu minimum de la convention régissant la séparation ou le divorce.

Voici le texte qui a été cherché à adopter :

1. La convention réglementaire visée aux articles 81 et 86 contient au moins les points suivants :

a) Le plan d’exercice conjoint de l’autorité parentale, tel que la responsabilité parentale, s’il y a lieu, à l’égard des enfants, y compris les accords sur :

1. Comment partager toutes les décisions concernant l’éducation, la santé, le bien-être, la résidence habituelle et d’autres questions intéressant les enfants.

2. L’accomplissement des tâches relatives à la garde et à la garde, aux soins, à l’éducation et aux loisirs de ces derniers.

3. Les périodes de coexistence avec chaque parent et le régime corrélatif de séjour, de relation et de communication avec le non-coviveur.

4. Le lieu ou le lieu de résidence des enfants, déterminant lequel doit être aux fins de l’enregistrement.

5. Les règles relatives à la collecte et à la remise des enfants dans les changements de garde et de garde, ou dans l’exercice du régime de séjour, de relation et de communication avec eux ».

Cependant, cette réforme ne s’est pas concrétisée , il peut sembler qu’en common law il n’y a pas obligation de présenter un plan pour l’exercice de la garde et de la garde. Toutefois, la Cour suprême, par sa jurisprudence, a été chargée de l’introduire.

Comment l’entente réglementaire est-elle définie en cas de garde partagée ?

La Cour suprême elle-même a déclaré qu’il était obligatoire de présenter un « plan contradictoire » dans le cas précis où la garde partagée des mineurs est choisie .

Ceci est établi dans un arrêt de la Cour suprême du 3 mars 2016, (Appel nº 523/2015, rapporteur José Antonio Seijas Quintana), qui se réfère à l’obligation de présenter ce plan, en précisant la forme et le contenu de l’exercice de la garde et de la garde partagée (il a été demandé accord mutuel ou à la demande d’un seul parent).

Ce plan est tellement important que son absence entraînerait le refus de la garde partagée, placerait l’enfant « dans une situation d’incertitude réelle quant à ses soins et à sa scolarité ».

L’ obligation des parents n’est pas seulement d’intéresser ce système de soins, en vertu du principe de contradiction, mais aussi de préciser la forme et le contenu de son exercice au moyen d’un plan contradictoire adapté aux besoins et à la disponibilité des parties concernées, qui intègre avec les faits et les preuves les différents les critères et les avantages qu’elle aura pour les enfants après la crise du couple, qui n’est pas seulement liée au séjour des enfants ou non dans un foyer stable, mais avec d’autres aspects liés à la prise de décisions concernant leur éducation, leur santé et leurs soins ; les devoirs relatifs à la garde et à la garde, les périodes de coexistence avec chaque parent ; la relation et la communication avec eux et le régime des relations avec leurs frères et sœurs, grands-parents ou autres parents et proches, dont certains sont plus proches de la garde des enfants propres parents ; le tout sur la base dûment accréditée de ce que cette Chambre a déclaré à maintes reprises sur la pratique antérieure des parents dans leurs relations avec le mineur et leurs aptitudes personnelles ; souhaits exprimés par les mineurs compétents ; nombre d’enfants ; accomplissement par les parents de leurs devoirs à l’égard des enfants le respect mutuel dans leurs relations personnelles, avec l’exactitude — STS 22 juillet 2011 — que les relations entre conjoints à eux seuls ne sont pas pertinentes ou non pertinentes pour déterminer la garde et la garde partagée. Ils ne deviennent pertinents que lorsqu’ils affectent, négativement, l’intérêt de l’enfant.

Une autre décision pertinente de la Cour suprême concernant la nécessité d’établir un plan contradictoire est celle rendue le 9 mai 2017, qui stipule que, pour modifier une situation de tutelle qui fonctionne bien, qui demande la garde partagée devrait préciser la forme et le contenu de son exercice au moyen d’un plan contradictoire adapté aux besoins et à la disponibilité des parties, qui intègre les différents critères et les avantages qu’il aura pour l’enfant. Les définit comme suit :

  • Logement
  • Prise de décisions en matière d’éducation, de santé et de soins
  • Obligations relatives au tuteur
  • Périodes de coexistence avec chaque
  • Communications et relations avec les parents, ainsi qu’avec leurs proches et leurs proches, en particulier lorsque certains d’entre eux contribuent à la prise en charge des mineurs.
  • La contribution et le mode de paiement de la pension alimentaire pour les enfants, ainsi que les dépenses extraordinaires.

Il est également nécessaire d’indiquer la manière dont l’enfant doit être transféré à l’école, en particulier, comme indiqué dans l’arrêt suprême susmentionné du 3 mars 2016, lorsque l’un des parents résidant loin de la ville où la fille est inscrite à l’école.

Enfin, il convient de noter que, dans les procédures de séparation ou de divorce (c’est-à-dire lorsqu’il n’y a pas d’accord entre les parties sur les mesures à prendre pour clore le divorce), il appartient au juge (et non aux parties) de prendre toutes ces décisions concernant la garde des enfants (et tous les autres aspects du divorce ou de la séparation), y compris tous les points décrits ci – dessus. Les parties peuvent faire appel de cette décision et parvenir à un accord à tout moment au cours de la procédure, avant que le jugement ne soit rendu.

Quels critères les juges suivent-ils pour accorder la garde partagée ?

Nous savons déjà que, depuis 2011, la garde partagée est considérée comme la solution « normale » en cas de séparation ou de divorce, au-dessus du parent monoparentale, à condition que cela soit favorable à la pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant , qui est toujours au centre du processus de garde et de garde.

Il est important de noter que, malgré ce que le Suprême a dit, la garde monoparentale – généralement en faveur de la mère – reste la solution la plus courante .

Une lecture possible est que de nombreux juges restent ancrés sur cette voie parce qu’ils sont les « traditionnels ». Toutefois, une autre possibilité est que le partage des devoirs d’éducation des enfants ne soit pas égal dans de nombreux couples, de sorte que le juge décidera de la personne qui s’occupe réellement de l’enfant dans la plus grande mesure lorsqu’il décide de la garde. Par conséquent, notre rôle en tant que parents est essentiel pour opter pour la garde partagée.

Il est vrai que la Cour suprême affirme que « il est souvent oublié que le libellé de l’article 92 ne permet pas de conclure qu’il s’agit d’une mesure exceptionnelle, mais que Sinon, il doit être considéré comme normal et même souhaitable, car il permet au droit de l’enfant de se rapporter aux deux parents, même dans des situations de crise, dans la mesure du possible et aussi longtemps qu’il l’est. » Dans la pratique, cependant, cela n’est pas toujours possible .

Voici donc quelques clés pour comprendre ce que les juges apprécient lorsqu’ils optent pour un type ou un autre de garde :

  • Ayant participé aux routines des mineurs dès la naissance, comme les emmener à l’école et les chercher, faire partie de groupes WhatsApp ou similaire à l’école, aller à des visites médicales, aller à des tutoriels avec des enseignants…
  • qu’ il existe un moyen facile de concilier vie personnelle et vie professionnelle  : en particulier, les heures de travail des deux dernières années, la disponibilité horaire, la réduction du temps de travail, la possibilité de optez pour le télétravail…
  • La proximité géographique des résidences et de l’école  : en particulier, le fait que les foyers des parents soient situés dans la même municipalité et/ou quartier est un aspect dont les juges tiennent particulièrement compte afin de ne pas perturber la routine quotidienne de l’enfant
  • systèmes éducatifs ou les lignes directrices des parents sont similaires Les  : les différences à cet égard peuvent déséquilibrer l’enfant.
  • L’ existence du soutien familial  : il est apprécié positivement de pouvoir compter sur les grands-parents des mineurs, de devoir prouver leur âge, leur lieu de résidence, leur condition personnelle et professionnelle, leur état de santé…
  • La relation entre les parents  : n’est pas pertinente en soi pour déterminer la garde partagée, mais elle est pertinente lorsque cette relation affecte l’enfant et lui porte préjudice.
  • Le résultat du rapport de l’équipe psychosociale de tribunaux : les parents et les mineurs sont interrogés pour observer comment ils interagissent les uns avec les autres.
  • L’ âge des mineurs et le nombre d’enfants  : en général, il y a une tendance à ne pas séparer les frères et sœurs.
  • Le désir des mineurs  : ceci doit être pris en compte dans tous les cas à l’âge de plus de 12 ans.

Enfin, il est important de se rappeler que, dans les affaires de droit de la famille, il n’existe pas de formules universelles : chaque cas est différent, comme chaque famille, et les circonstances mêmes de chaque noyau familial changent avec le temps. Un juge ne peut pas nous accorder la garde partagée à un certain moment, mais le fera à l’avenir , et vice versa.

En outre, la jurisprudence tend de plus en plus à réviser et à modifier les conditions d’exercice de la garde et de la garde si nécessaire, en tenant compte de l’opinion des mineurs. Par conséquent, il est important de suivre les conseils de notre avocat et, surtout, de servir au mieux les intérêts de nos enfants, car après tout,leur bien-être et leur plein épanouissement doivent toujours être l’objectif principal .

Quels sont les avantages de la garde partagée ?

Les juges les résument de la façon suivante :

  1. Les enfants sont garantis la possibilité de profiter de la présence des deux parents, en dépit de la rupture des relations de couple, étant une telle présence similaire des deux figures parentales et constitue le modèle de coexistence qui est le plus proche de la façon de vivre des enfants pendant leur coexistence du partenaire des parents, de sorte que la rupture s’avère moins traumatique  ;
  2. certains sentiments négatifs sont évités chez les mineurs , dont les suivants : crainte de l’abandon ; loyauté ; sentiment de culpabilité ; sentiment de déni ; sentiment d’usurpation d’identité ; etc…
  3. une attitude plus ouverte des enfants à l’égard de la séparation d’avec leurs parents est encouragée , ce qui permetune plus grande acceptation du nouveau contexte, et évitant les situations de manipulation consciente ou inconsciente par les parents vis-à-vis des enfants ;
  4. les parents ont la possibilité de continuer à exercer leurs droits et obligations inhérents à l’autorité ou à la responsabilité parentales et de participer sur un pied d’égalité au développement et à la croissance de leurs enfants, évitant ainsi le sentiment de perte qu’ils éprouvent lorsque la garde est attribuée aux autres parents et la démotivation résultant du moment où la pension alimentaire doit être versée, ce qui accroît la prise de conscience de la nécessité de contribuer aux dépenses des enfants  ;
  5. non l’aptitude de l’un des parents est remise en question  ;
  6. il existe une équation entre les deux parents en termes de temps libre pour leur vie personnelle et professionnelle , évitant ainsi la dynamique de dépendance à l’égard de la relation avec les enfants, parce que parfois la douleur et le vide résultant de la séparation tendent à être complétés par la compagnie de le fils ou la fille qui devient ainsi pour la seule raison de vivre d’un parent ;
  7. les parents doivent nécessairement coopérer , et le système de prise en charge partagée favorise l’adoption d’accords, qui sont également devenus un modèle éducatif de comportement pour l’enfant.

Doutes fréquents

Avant de conclure ce Guide de garde partagée, nous voulons consacrer une dernière section à certaines des questions les plus fréquentes de nos clients.

L’ entretien en faveur des mineurs est-il compatible avec garde partagée ?

La réponse est oui, bien que chaque cas devra être traité. Il est possible de l’accorder lorsqu’il y a un déséquilibre important entre le revenu des deux conjoints , ou lorsque l’un d’eux n’a aucun revenu. Dans un arrêt du 11 février 2016, la Cour suprême a affirmé ce qui suit :

La garde conjointe n’exonère pas le paiement de la pension alimentaire en cas de disproportion entre les revenus des deux conjoints ou, comme dans le cas présent, lorsque le parent ne reçoit pas de salaire ou de rendement (art. 146 C. Civil), étant donné que le montant de la pension alimentaire est proportionnel aux besoins de la personne qui reçoit il, mais aussi à la quantité ou aux moyens de qui leur donne.

En outre, le critère de l’extinction de la pension alimentaire est le même que dans le cas de la garde monoparentale.

Par conséquent, il n’est pas vrai que l’obtention de la garde partagée signifie « se débarrasser » de la pension alimentaire . Il y aura pour traiter chaque cas spécifique et l’équilibre entre les deux parties du couple.

Comment les dépenses générées par les enfants sont-elles réparties ?

Généralement, elles seront distribuées à 50 % , à condition que les parents aient une capacité financière similaire et que la durée du séjour avec chaque parent soit semblable. La pension alimentaire est payée par chaque parent pendant le séjour avec l’enfant et les dépenses communes (école, fournitures scolaires…) sont payées à moitié.

Toutefois, s’il y a des différences de revenu, la répartition peut être proportionnelle à la capacité économique de chaque parent, de sorte que son effort soit équivalent.

Peut-on perdre la garde en laissant l’enfant à la garde de ses grands-parents ?

Oui, c’est possible. Par exemple, un arrêt rendu par la Haute Cour provinciale de La Corogne, en date du 7 février 2019, garantit que les fonctions parentales qui appartiennent au père sont obligatoires et ne peuvent être exonérés au motif que le mineur est bien pris en charge par les grands – parents .

Dans le cas de cet arrêt, il a été décidé d’accorder la garde exclusive à la mère d’un mineur, ayant fait valoir que son ex-mari laissait les grands-parents paternels à la garde de son enfant. Ce critère a déjà été confirmé par le jugement de première instance, qui a examiné la demande de modification des mesures de la mère et a accepté de lui accorder la garde et la garde de l’enfant.

Plus précisément, le jugement garantit ce qui suit :

(…) Il est une chose que, dans certains cas précis, il peut être obligé de demander l’aide des grands-parents du mineur pour les soigner, mais pas que ce sont eux qui s’occupent directement de son petit-fils, étant donné que les devoirs du père sont obligatoires sans pouvoir s’exonérer de ses devoirs pour les motifs que le mineur est-il bien pris en charge par le grands-parents, ce qui n’est pas interrogé, mais c’est lui qui, en tant que père, doit remplir ses devoirs et en l’espèce non ; circonstance qui est également corroborée par les témoignages et le rapport émis par l’équipe psychosociale (…).

La garde partagée est-elle possible même si les ex-conjoints s’entendent mal ?

La réponse est peut-être oui . Dans un arrêt du 17 janvier 2018, la Cour suprême a déclaré que « la recherche d’une confrontation personnelle entre les deux conjoints ne saurait être en soi une cause de refus du système de prise en charge partagée, dans la mesure où elle porte atteinte aux intérêts de l’enfant nécessitant les soins et les soins des deux parents ; un système qui, comme vous ont rappelé que cette chambre, à partir de l’arrêt 257/2013, doit être normale et souhaitable. »

Cependant, le Suprême a également déclaré que la garde et la garde partagée supposent comme prémisse « la nécessité pour les parents il existe une relation mutuellement respectueuse qui permet l’adoption de compétences et de comportements qui profitent à l’enfant et qui ne perturbent pas son développement émotionnel et qui, malgré la rupture effective des parents, est maintenu un cadre familial de référence qui soutient une croissance harmonieuse de responsabilité. »

Comme toujours dans les affaires de droit de la famille, cela dépendra du cas particulier, mais une mauvaise relation n’est pas synonyme de refus automatique de ce type de garde . Beaucoup moins si cette inimitié est déclenchée pour obtenir la garde monoparentale.

Quelle est la valeur de la volonté des enfants de changer le régime de garde ?

L’ opinion des enfants a un poids croissant dans ces processus. À cet égard, la Cour suprême a déclaré que, parmi les critères à prendre en considération pour décider de la garde des enfants communs, on peut citer : exprimés par les mineurs et le résultat des rapports légalement exigés , en plus de tout autre qui permet aux mineurs d’avoir une vie adéquate dans une cohabitation qui doit nécessairement être plus complexe que celle qui se produit lorsque les parents coexistent ».

Il est également important de tenir compte des changements législatifs intervenus ces dernières années. Loi 15/2015, du 2 juillet, sur la compétence volontaire, première disposition finale, paragraphe 23, a introduit un amendement important à l’article 90 du Code civil (CC), qui peut prendre en compte les nouveaux besoins des enfants, et pas seulement le changement de situation des parents, lors du changement du régime de garde tel qu’il est conçu pour le divorce ou la séparation.

Ce nouveau motif de modification des mesures de divorce avait déjà été appliqué, cependant, dans de nombreux arrêts, qui ont pris en compte – et a donné prééminence – l’intérêt de l’enfant dans l’analyse des questions relatives à sa protection, à sa garde et à sa garde, « étant donné que les nouveaux besoins des enfants ne devront pas être soutenus par des changements substantiels, mais vrais », comme le rappelle le Suprême dans le jugement que nous avons discuté.

Sinon, comme l’a assuré la Suprême, « la possibilité de modifier les mesures mises en place serait pratiquement impossible, avec une marginalisation évidente dans sa motivation de l’intérêt et du bénéfice de l’enfant dans le changement de garde en cause ». Des changements tels que l’âge de l’enfant, ses nouveaux souhaits… peuvent être appréciés face à un changement dans le système de garde, empêchant l’adoption d’être pétrifié au fil du temps.

La co-garde est-elle possible si l’un des parents ne le veut pas ?

Il y a des phrases qui disent oui . Par exemple, il y a une affaire récemment résolue par la première Cour Leganés, où le père a refusé la garde conjointe, alors que la mère l’a considéré comme la meilleure option. La mère a cherché à retourner au travail (quelque chose de peu probable avec la garde d’un seul parent en sa faveur) et le père a affirmé ne pas avoir le temps d’exercer même la garde partagée en raison de son travail.

La phrase était claire : il a été convenu de « confier la garde et la garde aux deux parents de façon partagée pendant d’autres semaines », faisant valoir que « en fin de compte, le père ne peut refuser d’exercer la garde partagée si les conditions justifiant son établissement sont remplies ». La décision précise également que si le père « a de la difficulté à organiser et à fournir de l’aide à sa fille, il peut demander l’aide d’un tiers et une plus grande souplesse dans son travail ».