Ouverture des bourses : l’Europe en légère hausse

Ouverture des bourses : l’Europe en légère hausse

Fin mars, les bourses européennes ont ouvert en légère hausse. Alors que la bourse américaine restait prudente pendant que les conséquences de la guerre en Ukraine étaient observées attentivement, Francfort, Londres et Paris annonçaient chacune une hausse significative de leur indice respectif. Pourtant, ils avaient fini en ordre dispersé la veille, sans donner de prémices à une remontée potentielle. Ainsi, l’indice de la bourse de Paris, le CAC 40, augmentait de 44 points après une ouverture à l’équilibre.

L’Ukraine en métronome

Depuis le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine, la plupart des investisseurs avancent avec le pied sur la pédale de frein. Ils attendent la fin de l’invasion lancée il y a un mois et demi par le président russe Vladimir Poutine. Le problème est qu’on ne peut pas savoir quand il prendra fin, ni comment. En attendant, l’économie mondiale est suspendue à cette guerre et les indices ne font que monter et baisser. Si bien que beaucoup d’experts financiers préfèrent mettre leurs projets sur pause et attendre le dénouement.

A lire en complément : 109 desserts à la menthe poivrée qui enchanteront vos papilles gustatives

Alors que les têtes pensantes des finances aux États-Unis procèdent à une accélération du durcissement monétaire, chacun s’attend à être lésé dans l’affaire. C’est dans l’air du temps. Lorsqu’il y a une guerre, on se pose des tas de questions sur nos systèmes financiers. Est-ce que c’est le moment d’investir ? Quel cours va dégringoler ? Quelle crypto monnaie (https://cryptonaute.fr/crypto-monnaie/nouvelle-crypto-monnaie/) est intéressante actuellement ? On est en droit de se poser toutes ces questions, surtout lorsqu’il s’agit de perdre ou de gagner des sommes plus ou moins importantes.

Les taux d’intérêts flambent aux U.S.A

L’inflation actuelle est jugée beaucoup trop forte. Aux États-Unis, on estime qu’il faut prendre les mesures nécessaires pour retrouver une certaine stabilité des prix. Les Américains pensent que l’économie de leur pays est assez solide pour faire le dos rond face aux hausses de taux sans forcément arriver jusqu’à la récession. Un cas extrême évitable, pour l’instant, selon eux.

Lire également : Déclenchez votre maison cette année et vivez dans une magnifique maison soignée

Les taux d’intérêts sur le marché obligatoire ont grimpé en flèche au pays de l’Oncle Sam. Une hausse significative de 0,937% pour le taux d’intérêt sur l’emprunt français pour les 10 prochaines années. Le dernier rapport parle d’une hausse de taux record sur les quatre dernières années.

Le prix du pétrole en première ligne

S’il y a un secteur sous le feu des projecteurs qui est observé par le monde entier, c’est lui du pétrole. Le cours du pétrole a littéralement flambé et l’inflation s’est invitée dans nos quotidiens, à la pompe à essence. Le gasoil et l’essence ne cherchent plus de vainqueur désormais, c’est nous qui avons perdu. Si les prix semblent s’être stabilisés, nous sommes toujours à la merci d’une nouvelle hausse qui pourrait atteindre les 3 euros par litre d’essence ou de gasoil. Le grand gagnant de cette guerre du pétrole reste l’éthanol, ou E85, qui semble se friser les moustaches tant il n’est pas impacté.

Quels seront les nouveaux impacts de cette guerre qui semble ne pas avoir de fin ? Affaire à suivre, très attentivement.